Victimes de violences sexuelles : des hommes Africains anonymes témoignent

0
4511
violences abuse
Photo : Kvvαdwo Οβeng / Instagram

Les témoignages d’hommes victimes de violences sexuelles et de viols de la part de femmes ont été recueillis par Olashile Abayomi. Longtemps silencieux, ces hommes racontent des années d’abus.

Des hommes ont témoigné, certains pour la première fois publiquement, sur les violences sexuelles qu’ils ont subi de la part de femmes, mère, sœur, tante, entre autres.

Initié par Olashile Abayomi, elle a très vite reçu des centaines de messages anonymes d’hommes, victimes de violences sexuelles subies dans l’enfance, et longtemps resté silencieux.

L’un d’entre eux raconte l’agression subie dans la chambre de sa soeur. William avait 12 ans. « J’ai 28 ans maintenant mais je suis toujours confronté à la dépression et une masturbation excessive. Elle était dans la vingtaine quand c’est arrivé. J’ai réalisé qu’elle voudrait toujours que je vienne dormir sur le même lit avec elle, surtout quand personne n’était à la maison. Impossible de comprendre […] J’ai encore des flashs sur la façon dont elle va me mettre sur son lit. J’étais tellement confus, ne sachant que faire, que je ferme les yeux ou que je fixe ses yeux. Cela a affecté tous les domaines de ma vie, y compris mes relations. A un moment donné, j’ai détesté les femmes. Parfois, j’ai l’impression que j’ai toujours ce ressentiment à l’intérieur. J’évite volontairement trop de détails parce qu’elle est mariée maintenant. La situation s’est aggravée quand une amie l’a rejointe et que tous deux ont fait de moi leur objet. J’ai perdu toute mon estime de moi et ma confiance. »

Un autre homme qu’on nommera Samuel, à fugué lorsque sa mère a eu des relations sexuelles avec lui pendant 6 ans, « Je me suis enfui de la maison. Elle n’a pas vu ni entendu de moi avant de me marier et d’avoir des enfants. Ma femme est mon système de soutien et nous avons tous deux accepté de dire à sa famille que je suis orphelin d’un orphelinat. Je ne connais pas mon père. Vous êtes la deuxième personne à le savoir. Cependant, je suis guéri maintenant. »

David raconte comment sa tante a abusé de lui vers l’age de 6 ans.« Je me suis souvenu de la chambre, du lit, de la maison et du moment des abus. Elle était nue et je me suis souvenue qu’elle me déshabillait et qu’elle me plaçait sur son vagin et je me souviens de ses gémissements. Je n’ai rien dit à personne jusqu’à présent. Je voudrais la voir maintenant et la confronter. J’ai un fils de 12 ans et je ne peux pas imaginer que quelqu’un fasse ce que ma tante m’a fait. C’est très triste. »

Les hommes semblent bel et bien décidées à ne plus se taire, comme Paul qui a porté une douleur et une torture pendant plus de 30 ans. J’ai été agressée sexuellement par la femme de ménage à l’âge de 3 ans. Je me suis souvenu que mes parents étaient des fonctionnaires occupés. Je me souviens que nous avions une femme de ménage. Je me souviens de son nom, mais je le cacherai maintenant. Elle m’a appelé ‘mon mari’, et s’est assuré que j’étais bien nourri, etc. Elle a joué à la gentille tante. Mais c’était la belle partie. Mes parents allaient travailler le matin et elle deviendrait ce qu’elle était pour moi – une pédophile. Elle me déshabillerait, me chatouillerait, puis continuerait à avoir des ‘rapports sexuels’ avec moi, en criant comme elle le faisait. Je me rappelle avoir pleuré car je savais que quelque chose n’allait pas. Cela a duré longtemps – je ne me souviens plus combien de temps. Et quand mes parents sont revenus, elle a prétendu que tout allait bien. Et m’appelaitmon mari’. C’était une torture pour moi. J’étais bébé, petit enfant, oui. Mais toute personne en chair pourrait ressentir de la douleur. Je l’ai senti. Petit à petit, j’ai dit à mes parents dans ma façon. Ma mère ne m’a jamais cru ni compris. Mon père aussi. Mais j’ai persisté. ‘Maman, ma tante me faisait me coucher sur elle’, je dirais. Quoi qu’il en soit, ma mère en a peut-être eu assez de mes ennuis. Et avec mon père, ils l’ont un piégé. Ils ont fait semblant d’aller au travail et elle m’a emmené dans sa chambre. Elle était sur le point de commencer – puis ils ont fait irruption. Mes parents lui ont donné le passage à tabac de sa vie et l’ont poursuivie au village. Pour eux c’était la fin mais pas pour moi. Je possède une mémoire nette et photographique. Pour le bien et pour le contraire. Je me souviens encore de tout comme hier. Cela affectait la façon dont je percevait les femmes – une certaine peur, une certaine révulsion, une certaine haine. Mais pas une haine d’agir mal, mais une haine de fuir une relation amoureuse avec les dames. Parfois, j’ai des flashs qui m’envoient en dépression. Je tiens le micro et prêche à l’église et à l’intérieur de moi, j’ai honte à cause de ce qui s’est passé il y a près de trente ans. Je vais bien dans d’autres aspects de ma vie. Au niveau des relations amoureuses, non. J’ai pardonné à elle et à mes parents la négligence il y a longtemps. Je sais que je serai bientôt un excellent mari et père. Cependant, ceci est une leçon pour les parents et les futurs parents. Protégez vos enfants. Écoutez les plaintes de vos enfants. S’il vous plaît. Vous pourriez juste être en train de sauver une vie.

Mike qui se dit timide a longtemps hésité avant de publié son témoignage. « Quand j’avais 15 ans, j’ai été forcé à avoir des relations sexuelles avec une femme de 26 ans et c’était ma première expérience. Ensuite, c’était avec une lesbienne, je suis juste partie pour une visite normale et elle a utilisé cette opportunité car elle était tellement excitée. Depuis lors, j’ai perdu tout désir de sexe et je me demande encore et prie que cela n’affecte pas mon futur mariage. C’est un secret que personne ne connaît dans ma vie […] J’ai gardé ça loin de ma famille et de mes amis car ce jour-là était une très mauvaise journée pour moi. Elle a même demandé plus avec ses amies lesbiennes. J’ai fui. »

Axel a été abusé par sa voisine et sa maîtresse, « J’étais jeune, environ 7 ans, il y avait un voisine, une ‘grande sœur’, elle m’appelait toujours pour jouer avec mes parties intimes et me faisait toujours faire des choses inimaginables dans ses parties intimes … cela s’est passé pendant plusieurs années avant que nous quittions le complexe. Puis, à 11 ans, ma maîtresse a fait de même, cela m’a poussé à vouloir plus de sexe et de masturbation. Je suis dans ma trentaine maintenant […] Je suis adulte maintenant mais je suis complètement guéri. Je trouve vraiment difficile d’aimer une femme vraiment en dehors du sexe. Je suis toujours en train de guérir. C’est un long processus, je suppose. »

Si vous avez un témoignage pour notre rédaction web, envoyez-nous un email.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Instagram.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here