Ghana Beyond Aid

Le mantra « Ghana Beyond Aid » n’est pas seulement un slogan.

Le thème du 61e anniversaire de l’indépendance du Ghana était placé sous le thème de l’autodétermination, « Ghana Beyond Aid ». 

Le « Ghana Beyond Aid » vise à nous propulser dans état d’esprit qui accélérerait notre rythme de développement a déclaré le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo.

Le président prononçant le discours lors de la célébration du 61e anniversaire de l’indépendance sur le Black Star Square, mardi, a déclaré que le Ghana n’est pas un pays pauvre mais un pays béni avec d’immenses ressources naturelles ajoutant que les Ghanéens doivent être altruistes et prendre avantages des ressources naturelles pour aider à transformer l’économie.

Le « Ghana Beyond Aid » ne sera pas atteint en parlant simplement mais avec les bonnes attitudes et l’engagement des citoyens, en faisant les bonnes choses et la volonté de tous de voir le pays prospérer et se développer.

Mes compatriotes Ghanéens, le nôtre est un pays doté de nombreuses ressources naturelles telles que l’or, la bauxite, le diamants, le pétrole, le bois, le cacao, l’eau, les terres fertiles, etc. La vérité, cependant, est que l’état de notre nation ne soutient pas le fait d’avoir ces dotations naturelles. La pauvreté continue d’être notre lot. Nous avons d’énormes déficits infrastructurels.

La mauvaise gestion, la corruption et les déficits budgétaires élevés restent une caractéristiques de l’économie Ghanéenne.

Selon le président, un « Ghana Beyond Aid » est une Ghana prospère et sûr de lui qui est responsable de son destin économique.

Ce n’est pas impossible, d’autres pays, y compris certains de nos pairs à l’indépendance ont fait exactement cela. C’est faisable et nous devons croire que ce que les autres, avec moins de ressources, ont fait, nous pouvons le faire.

Le président Ghanéen reste très optimiste sur la transformation de l’économie de son pays qui « est nécessaire pour un Ghana Beyond Aid. »

Nous n’allons pas réaliser la transformation de notre économie qui est nécessaire pour un Ghana Beyond Aid en parlant simplement. Nous devons faire quelque chose à ce sujet !

Pour ce faire, le président préconise un changement complet dans la manières d’aborder les choses, « Pour commencer nous devons faire les choses différemment. Les affaires comme d’habitude ne le feront pas. »

Cela ne peut pas arriver en agitant une baguette magique. Et cela ne peut pas être réalisé du jour au lendemain. En effet, les cas les plus rapides de transformation économique et sociale de l’histoire, ceux de l’Asie du sud-est, ont généralement duré environ 30 ans, une génération. Nous ne pouvons pas attendre si longtemps, nous avons déjà perdu assez de temps. Nous devons nous dépêcher, mais nous devons être réalistes.

Pour arriver à un « Ghana Beyond Aid », une exploitation des propres ressources du pays et de « déployer de manière créative et efficace pour une transformation économique sociale rapide ».

Cela exigera beaucoup de travail, d’entreprise, de créativité et une lutte constante contre la corruption dans la vie publique. Cela exigera également que nous rompions avec une mentalité de dépendance et nous adoptions un esprit de confiance, alimenté par l’amour pour notre cher pays, le Ghana. Nous ne pouvons pas subordonner le bien commun pour bâtir une nation prospère à l’intérêt égoïste de quelques-uns.

Le « Ghana Beyond Aid » est censé être plus qu’un slogan. Il est destiné à propulser le pays dans l’état d’esprit qui accélérait le rythme de développement.

C’est destiné à changer l’état d’esprit de celui dépendance à celui de réaliser son propre destin, « à nous mettre en charge de nos propres affaires et nous rendre vraiment indépendant ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here