-Le “Buck Breaking”, où les esclavagistes violent les esclaves mâles

-Les esclaves asservis étaient forcés à des orgies

Les esclaves mâles étaient régulièrement violés par leurs propriétaires. Le processus était connu comme “Breaking The Buck”.

“Buck Breaking” implique d’un esclave noir, qui était défiant, se faisait battre au fouet jusqu’au sang devant toute sa congrégation d’esclaves.

Le propriétaire de l’esclave coupait un arbre et, avec l’aide d’un contremaître, bourrait de coup en soumission le “buck” défiant.

Une fois l’esclave usé, le maître l’enchainerait à un arbre et son pantalon enlevé, laissant ses fesses complètement exposées dans la position la plus humiliante et la plus compromettante.

Le maître esclavagiste se livrerait à sodomiser sauvagement le “buck” devant sa femme, famille, amis et enfants. Et cela durerait pendant deux jours, trois jours.

Il invitait ensuite ses amis d’autres plantations à venir participer à ces “Nigger Festivities” (Festivités Nègre).

Afin que son plan prenne effet, il exigeait que l’enfant mâle du “buck” regarde, afin qu’il puisse aussi être témoin de la mort et l’humiliation sexuelle se son père.

Le “Buck Breacking” était l’outil très efficace du maître d’esclave afin d’empêcher les jeunes esclaves de se défier et de se venger.

C’était une façon de contrôler l’homme noir et de garder les esclaves soumis. Il a également empêcher les femmes de donner leur consentement à un soulèvement.

“Buck Breaking” a eu tellement de succès qu’il a été transformé en “Sex Farm” (Ferme Sexuelle), où le maître d’esclave passait de plantation à plantation afin d’alimenter ses besoins sadiques et homosexuels.

Ce processus était prévalent dans toutes les plantations des Amériques, les Caraïbes, en particulier la Jamaïque.

https://www.youtube.com/watch?v=MWigLcAkZCI

Souvent les esclavagistes contraignaient les esclaves asservis à avoir des orgies devant eux.

Les esclaves ont été forcés dans les orgies sexuelles devant leurs maîtres et leurs amis comme forme de divertissement. Et les hommes blancs participent souvent à la débauche.