« À l’âge de 19 ans, j’ai commencé le Tchoko et j’ai tellement de regrets … S’il vous plaît ne le faites pas »

0
17524
commencé

Au Nigeria, les trois-quarts des femmes utilisent régulièrement des produits de blanchiment de la peau.

Un phénomène encore très répandu en Afrique. Teniola Aisha Kashaama, nigériane de 32 ans a commencé à s’enduire le corps te le visage de produits blanchissant à l’âge de 19 ans. « Au moment où j’avais 20 ans, j’étais devenu une grosse adepte du tchoko… à l’époque il me semblait presque normal, je me sentais beaucoup plus attirante. »

« C’est devenu une dépendance, je ne pouvais pas m’arrêter. Je désirait ardemment d’être claire de peau », témoigne Teniola Aisha Kashaama. « Je sentais que le noir n’était pas assez beau. Quelle stupide façon d’avoir pensé. »

La jeune femme suppose que la société a joué un rôle dans sa décision de se blanchir la peau en plus de sa naïveté à un âge aussi jeune.

« Il est largement perçu que plus vous êtes clair, plus vous êtes belle. Pour être honnête, j’ai toujours su que c’était une mauvaise chose », a-t-elle écrit dans une publication Instagram. « Je veux dire, j’avais vu des tas de gens avec une peau ridiculement endommagée par les effets du blanchiment mais j’étais si profondément dedans, comme je l’ai dit c’est en fait une addiction.

« Quand mon 25ème anniversaire a commencé à approcher, j’ai commencé à faire beaucoup de recherche de sur moi, beaucoup d’auto-évaluation, concernant chaque domaine de ma vie et j’ai finalement commencé à voir la lumière. »

Photo: Instagram/TennyCoco

« Pour voir à quel point j’avais été folle pendant toutes ces années, comme c’était fou pour moi d’avoir cru que ma peau noire n’était pas belle, de m’être permis de me sentir inadéquat ou d’essayer de dire à Dieu ‘comment tu m’as crée n’est pas assez bon’ quelle idiote, façon folle d’avoir vécu. »

Aujourd’hui la jeune femme qui est maintenant maquilleuse, se dit plus que « reconnaissante » d’avoir enfin vu la lumière.

« Le noir est beau ! Tellement beau ! Je ne me suis jamais sentie aussi belle et aussi en paix avec mon teint. »

« S’il vous plaît aimez votre peau, vous même la façon dont Dieu vous a fait, vous êtes belle, vous l’êtes suffisamment. »

Les produits blanchissants contiennent une forte concentration d’hydroquinone et du mercure, et Teniola Aisha Kashaama a eu de la chance de n’avoir eu aucune séquelle, ce qui n’est pas la cas de beaucoup d’autres qui se retrouvent avec de nombreux symptômes, tels que des Kystes, l’acné, des taches brunes, des vergetures ou encore de l’eczéma.

Certaines femmes peuvent aussi souffrir d’hyper-pilosité au niveau du menton, ou du cou. La dépigmentation peut également provoquer des cancers de la peau ou encore une insuffisance rénale.

« Le temps me dira toujours, imaginez à quoi je ressemblerais dans 10 ou 15 ans si j’avais continué à blanchir ma peau. S’il vous plaît ne le faites pas. Je l’ai fait et j’ai eu tellement de regrets, ça ne vaut pas le coup. Vous êtes belle comme vous êtes. »