À un certain moment dans la vie, nous sommes tous victimes. Que ce soit en tant qu’enfants, adolescents ou adultes, nous subissons tous des abus émotionnels, physiques ou psychologiques à des degrés divers.

La mentalité de victime est un terme psychologique qui désigne un type d’état d’esprit dysfonctionnel qui cherche à se sentir persécuté afin d’attirer l’attention ou d’éviter la responsabilité personnelle.

Les personnes qui luttent contre la mentalité de victime sont convaincues que la vie est non seulement hors de leur contrôle, mais qu’elle cherche délibérément à les faire du mal.

Cette croyance entraîne des reproches constants, des accusations et de la pitié qui sont alimentées par le pessimisme, la peur et la colère.

Autrement dit, avoir une mentalité de victime signifie que vous blâmez les autres personnes et les circonstances pour le malheur que vous ressentez.

La mentalité de victime est un trait de personnalité acquis, ce qui signifie qu’elle est le résultat des mécanismes de conditionnement et d’adaptation de la vie.

La plupart des victimes ont été victimisées d’une manière ou d’une autre en tant qu’enfants, que ce soit par abus physique, abus sexuel, abus émotionnel ou abus psychologique.

L’auto-victimisation peut aussi se développer par des relations de co-dépendance avec nos parents, ou simplement en observant et en adoptant la mentalité de victime malsaine exposée par un ou plusieurs membres de notre famille.

Jouer la victime a effectivement un certain nombre d’avantages. Ces récompenses font qu’il est très difficile de sortir d’un tel état d’esprit, ce qui explique pourquoi la plupart des victimes semblent être si émotionnellement investies dans la perpétuation de ce type de comportement toxique.

Certains des avantages sont les suivants :

  • Ne pas avoir à assumer la responsabilité de quoi que ce soit
  • D’autres personnes vous prodiguent une attention
  • D’autres personnes se sentent désolé pour vous
  • D’autres personnes sont moins susceptibles de vous critiquer ou de vous contrarier
  • Vous avez le “droit” de vous plaindre
  • Vous êtes plus susceptible d’obtenir ce que vous voulez
  • Vous vous sentez intéressant parce que vous racontez toutes vos histoires aux gens
  • Vous n’avez pas à vous ennuyer parce qu’il y a trop de drame
  • Vous avez la possibilité d’éviter et de contourner la colère parce que vous êtes trop occupé à vous sentir triste

Jouer à la victime vous donne réellement beaucoup de pouvoir : le pouvoir d’éviter la responsabilité, le pouvoir de se sentir “vertueusement” triste et persécuté, le pouvoir d’éviter les émotions inconfortables et le pouvoir de manipuler les autres.

Le mauvais côté de cette mentalité

La majorité des personnes qui jouent la victime le font inconsciemment, ou involontairement.

Avoir des personnes qui se sentent désolé pour vous est un moyen facile de les envelopper autour de votre petit doigt.

Cette envie inconsciente de contrôler les autres à travers leurs sympathies n’est vraiment qu’un moyen pour l’esprit de renforcer sa croyance en l’identité du moi “Je suis une victime”.

Il y a beaucoup de confort et de “sécurité” artificielle dans le fait de jouer l’identité de la victime. Non seulement cela vous récompense de ne pas être responsable de votre comportement (parce que “les autres” sont toujours responsables), mais cela vous empêche également de ressentir des émotions inconfortables comme la culpabilité et la colère, tout en vous faisant sentir “pris en charge” par d’autres.

Le jeu de la victime est aussi souvent utilisé par des personnes abusives et / ou sociopathes qui utilisent ce rôle pour garder une laisse émotionnelle étroite à leurs proches.

Par exemple, une personne narcissique peut constamment mettre à la porte son partenaire, puis se concentrer sur la première fois que son partenaire s’est ennervé et l’a appelé un “monstre”, donnant l’impression d’être “abusé”. Ou une personne physiquement abusive peut utiliser l’excuse qu’elle “doit toujours supporter l’autre” comme une raison pour battre son partenaire.

L’attitude du “pauvre moi” peut être utilisée des deux côtés du spectre humain : à la fois des gens apparemment “normaux” et des personnes psychopathiques plus extrêmes et dysfonctionnelles.

23 signes de la mentalité de victime

  • Vous blâmez constamment d’autres personnes ou situations pour vous sentir misérable
  • Vous possédez une philosophie “la vie est contre moi”
  • Vous êtes cynique ou pessimiste
  • Vous voyez vos problèmes comme des catastrophes et vous les faites sauter hors de proportion
  • Vous pensez que les autres essaient délibérément de vous blesser
  • Vous croyez que vous êtes le seul ciblé par la maltraitance
  • Vous continuez à revivre des souvenirs douloureux passés qui vous ont fait sentir comme une victime
  • Même quand les choses vont bien, vous trouvez quelque chose à se plaindre
  • Vous refusez de considérer d’autres perspectives lorsque vous parlez de vos problèmes
  • Vous vous sentez impuissant et incapable de faire face efficacement à un problème ou à la vie en général
  • Vous vous sentez attaqué lorsque vous recevez des critiques constructives
  • Vous croyez que vous n’êtes pas responsable de ce qui se passe dans votre vie (les autres le sont)
  • Vous croyez que tout le monde est “mieux” que vous
  • Vous semblez aimer vous sentir désolé pour vous
  • Vous attirez des gens comme vous (qui se plaignent, blâment et se sentent victimisées par la vie)
  • Vous croyez que le monde est un endroit effrayant, surtout mauvais
  • Vous aimez partager vos histoires tragiques avec d’autres personnes
  • Vous avez l’habitude de blâmer, d’attaquer et d’accuser ceux que vous aimez pour ce que vous ressentez
  • Vous vous sentez impuissant à changer votre situation
  • Vous espérez gagner la sympathie des autres, et quand vous ne l’obtenez pas, vous vous sentez contrarié
  • Vous refusez de vous analyser ou d’améliorer votre vie
  • Vous avez tendance à surpasser les gens quand il s’agit de partager des expériences traumatiques
  • Vous vous rabaissez constamment

Comment sortir de la mentalité victimaire

Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à sortir de ce rôle toxique :

Commencez à remplacer “vous” par “je”, au lieu de dire “vous me mettez tellement en colère”, vous pouvez remplacer cette affirmation par : “Je me sens tellement en colère quand je vous entends dire cela”. Cette astuce simple peut vous aider à prendre plus de responsabilités pour votre bonheur.

Voyez-vous comme un survivant, une victime se dispute avec la vie, un survivant l’embrasse.

Une victime habite dans le passé, un survivant vit dans le présent. Une victime croit qu’elle est sans défense, un survivant reprend le contrôle de sa vie. Bien que la mentalité de victime crée une dépendance, la mentalité de survivant est beaucoup plus habilitante à long terme. Une fois que vous commencez à vous voir comme un survivant, vous commencerez à vous sentir mieux dans la vie et vous attirerez d’autres personnes pour les bonnes raisons. Écouter un survivant est beaucoup plus rafraîchissant et inspirant que d’écouter une victime se vautrer dans l’apitoiement sur soi.

Soyez gentil et compatissant envers vous-même, soyez doux avec vous-même et pratiquez l’amour de soi. Explorez vos blessures profondes et vos croyances fondamentales qui aggravent cette mentalité. Remplacez la haine de soi par la compassion pour vous-même.

Si vous avez du mal à dépasser le rôle de la victime, pratiquez vos propres soins en consultant un thérapeute. Expérimentez avec des pratiques telles que la journalisation, les affirmations positives, et d’autres formes d’amour-propre.

Explorez vos croyances erronées qui créent de l’anxiété, de la dépression, de la colère et des reproches. Vous serez probablement surpris par le nombre de croyances erronées que vous avez inconsciemment adoptées !

Demandez “Quelle pensée crée cette souffrance ?”, toute souffrance trouve son origine dans des croyances qui restent incontestées et non examinées dans nos esprits. Quand nous attachons à ces pensées, nous souffrons. Rappelez-vous que vous n’avez pas besoin de croire les pensées dans votre tête : les pensées sont simplement des fluctuations d’énergie auxquelles nous assignons un sens. Pratiquer la méditation peut vous aider à remarquer à quel point les pensées transitoires sont.

La gratitude est un moyen simple mais puissant de se rappeler que la vie n’est pas aussi misérable que vous le percevez. Chaque jour, essayez de trouver dix choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Vous pourriez aimer garder un journal de gratitude dans lequel vous écrivez ces dix choses vers le bas, ou simplement les nommé mentalement. Essayez de vous sentir sincèrement reconnaissant d’avoir ces choses.

Commencez à remarquer toutes les façons dont vous contournez la responsabilité. Soyez impitoyablement honnête et examinez comment la sympathie des autres vous fait vous sentir spécial et continue le cycle de montrer du doigt les autres. Vous pourriez utiliser une affirmation comme “Je suis responsable de ma vie” ou “Je suis habilité à créer un changement” pour vous aider à reprogrammer ce besoin inconscient de jouer la victime. Vous aimeriez peut-être faire quelque chose qui renforce votre confiance et vous montre en fait que vous êtes capable, ou que vous réfléchissez à quelque chose dans le passé que vous avez surmonté avec succès.